La collection Littérature étrangè®e présente à la fois des œuvres d’auteurs confirmés dans leur pays (et inconnus du public français) mais aussi de jeunes écrivains prometteurs. La collection Littérature étrangè®e fait respecter la parité hommes /femmes. La collection Littérature étrangè®e travaille en contact étroit avec des éditeurs étrangers indépendants. La collection Littérature étrangè®e défend des écritures inventives, exigeantes, singulières et a priori non destinées à l’exportation.

Après une plongée en plein cœur de l’appareil judiciaire américain, guidée par la voix neutre et implacable de Vanessa Place dans Exposé des Faits (août 2010) et la satire féroce du milieu artistique londonien savamment orchestrée par Stewart Home dans le très provocant Rites sanglants de la bourgeoisie (mars 2011), littérature étrangè®e présente Copulation mécanique de Maria Fusco, un recueil de nouvelles plus décalées les unes que les autres dans un monde hyper réaliste mais dédoublé aux jointures. L’année 2012 s’ouvrira sur la publication d’Une pause, mille coups ! de Maxi Kim qui se joue des clichés véhiculés par l’imaginaire littéraire asiatique tout en injectant méthodiquement de la théorie à sa fiction bibliophile.


Une pause, mille coups !

Maxi Kim

Une Pause, Mille Coups ! mêle fiction et théorie et se refuse à choisir clairement entre les deux. S’appuyant sur des œuvres littéraires japonaises célèbres, il revisite le mythe de l’écrivain nippon en évacuant habillement toute mythologie orientaliste. Une Pause, Mille Coups ! —mélange d’onirisme érotisant et de réalisme quasi-désincarné— affirme qu’il n’existe aucun écart entre sexualité et structure textuelle ; il aspire à un devenir anti-métaphorique, cherchant à échapper à la logique du modernisme et du postmodernisme..
+ d’infos sur le site


Copulation Mécanique

Maria Fusco

Avec un goût prononcé pour les décalages aussi bien syntaxiques, langagiers que narratifs et l’irruption de l’absurde dans notre quotidien, Maria Fusco signe un premier ouvrage singulier de vingt nouvelles paru sous le titre The Mechanical Copula (Sternberg Press, 2010).
La langue oscille entre langage courant et richesse d’un vocabulaire précis et exubérant, accordant autant d’attention à la description d’un repas gargantuesque qu’à sa régurgitation
+ d’infos sur le site


Rites sanglants de la bourgeoise

Stewart Home

Rites sanglants de la bourgeoisie est une narration toxique et virale. Le cadre principal (l’organisation d’une exposition au MoMA de Londres sur la littérature abstraite) est le moyen pour Stewart Home de questionner la place des femmes dans le milieu de l’art et d’interroger le fonctionnement des institutions culturelles. L’auteur s’infiltre dans la narration par mails et par spams porno/féministes interposés, lieux d’un échange déséquilibré entre le Time Server et The Suicide Kid, "un charmant transsexuel fétichiste du pied".
+ d’infos sur le site


Exposé des Faits

Vanessa Place

Exposé des faits est un texte dont le mode de visionnage s’apparente à 10e chambre, instants d’audience de Raymond Depardon ; soit un docutexte en prise avec le réel au sein duquel les cas sont simplement présentés sans ajout de commentaire. La langue de la transcription judiciaire se veut neutre et objective mais ne peut échapper à la subjectivité de ses acteurs. Face à la recrudescence des séries policières, des émissions de reconstitutions, des dossiers et autres enquêtes, Vanessa Place s’empare des matériaux issus de son quotidien d’avocate et annule les effets de suspense et autres accessoirisations émotionnelles des faits. C’est au lecteur de prendre en charge la spectacularisation de la trame fictionnelle.
+ d’infos sur le site